Artahe le dieu ours - Philippe Ward

26 mars 2018

Résumé : 

Après dix années passées à Paris, Arnaud revient vivre à Raynat, village pyrénéen moribond.
Il retrouve avec émotion Berthe Galy, une vieille femme malade qui a aidé sa grand‐mère à l’élever après la mort de ses parents et Cathy, une amie d’enfance qu’un accident a rendu aveugle.

Son retour coïncide avec l’apparition d’un mystérieux ours qui ne se contente bientôt plus de massacrer des moutons et s’attaque aux hommes.

Deux bras puissants se refermèrent sur lui. La terreur disparut aussitôt, il se sentit enveloppé par une fourrure douce et soyeuse qui réchauffa son corps. Sa dernière pensée fut pour le simple mot que venait de prononcer l’ombre, un mot qu’il n’avait jamais entendu et pourtant qu’il connaissait : Artahe! Ce roman est l’histoire d’un ours, celle d’Artahe le Dieu‐ours.


__________


Philippe Ward (ou de son vrai nom, Philippe Laguerre) m'a offert un exemplaire de ce roman en format papier grâce au service de presse SimplementPro. C'est un plaisir de retrouver son écriture! Souvenez-vous, j'avais eu le plaisir de lire Manhattan Marilyn en février et je l'avais vraiment apprécié. Je le remercie encore une fois de sa confiance et de nos échanges toujours cordiaux. La couverture de ce livre m'a vraiment attirée et le résumé assez énigmatique a réveillé ma curiosité... 

L'histoire se passe à Raynat, un petit village enclavé dans l'Ariège, qui a vu évoluer il y a de nombreuses années en arrière des montreurs d'ours. Arnaud décide de mettre sa vie en pause quelques temps et revient dans ce bourg, qui est celui de son enfance. Il retrouve Berthe, une vieille femme qui l'a élevé, et Cathy, une amie d'enfance. 
Peu de temps après, un tremblement de terre révèle un squelette pour le moins surprenant sous l'église du village et un ours fait son apparition, ne se contentant pas seulement de décimer un troupeau de moutons, il s'attaque maintenant aux hommes... 

Le cadre est posé : nous allons vivre un polar qui va tourner au fur et à mesure vers un style fantastique. L'ours, vénéré pendant de nombreuses années dans les Pyrénées est vraiment mis en avant et sera la trame principale de ce roman. L'histoire a beau se passer la plupart du temps en extérieur et dans la nature, j'ai eu l'impression de lire un très bon huit clos, ce qui a été assez angoissant et étouffant par moment. La saison, la neige et l'enclavement du village nous isole, tout comme ces habitants, habitués aux caprices de la nature.

Les Raynatols semblent tous rassemblés par des secrets inavouables et le lecteur va découvrir assez rapidement que ce village voue un culte extrême au Dieu-ours, le tout glissant presque vers une secte. Il y a eu des passages dérangeant pour moi (surtout un) même si je suis habituée aux histoires dures : la zoophilie est abordée et cela peut être choquant. Mais ce qui est intéressant dans cette pratique est l'endoctrinement d'une population entière, tenue d'une main de fer par quelqu'un ou quelque chose. 

Les personnages sont bien construits et même s'il y en a beaucoup, on se repère rapidement. Je n'ai pas eu beaucoup d'affinités avec Arnaud, le protagoniste, car je n'ai pas souvent adhéré à ses décisions. Tout comme ce dernier, Cathy a parfois des réactions incohérentes ou un comportement changeant. Cependant j'ai énormément apprécié le personnage de Berthe qui évolue au fur et à mesure de nos découvertes pour au final changer du tout au tout! L'intrigue quant à elle est très bien construite avec des indices et des révélations arrivant de façon fluide. Il n'y a pas de temps mort et le mystère se dévoile doucement. Nous faisons de temps en temps une pause dans l'aventure avec des chapitres concernant le culte de l'Ours à différentes époques, ce qui est agréable pour le côté historique car ne l'oublions pas, cette pratique a réellement existée! 

C'est un roman qui sort du lot par rapport aux mélanges de genres (polar et fantastique) et qui aborde les croyances extrêmes. Il faut cependant être accroché par rapport à la zoophilie mais même si un cela peut être choquant, il renforce la peur des villageois et donne de la profondeur au Dieu-ours. Les Raynatols sont tous manipulés et tenus par quelque chose ou quelqu'un : même si personne ne s'y oppose, ils ne l'accepte pas forcément. Je regrette un manque d'attachement aux personnages car j'aime beaucoup m’identifier à eux ou pouvoir imaginer ce qu'ils ressentent et là, je n'ai pas eu ces sensations. Ce livre reste quand même très intéressant et j'aurai fait grâce à lui des recherches sur internet concernant le culte de l'Ours en France! C'est une véritable Ode à cet animal devenu bien trop rare aujourd'hui! 

______ 

N'oubliez pas de venir aimer ma page Facebook afin d'être informé des derniers articles! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire